Place
HECATAEI  MILESII




PLAN DU SITE / MENU : accès direct à toutes les pages

 <= REMONTER  LA  CHRONOLOGIE (Bronze ancien / Antiquité)


suite de l'     Â G E    D E S    M É T A U X    (3500 - )
N.B. : Datation AEC, en a.

suite de l'     Â G E    D U    B R O N Z E    (3500 - 1200 a)


LE  TEMPS  DES  DIEUX  ÉGYPTIENS     v. 2400 a




ÉLÉMENTS  DE THÉOGONIE  ÉGYPTIENNE.


LA CRÉATION ET L'ENNÉADE (cosmogonie principale de Iounou - Héliopolis)
avant la création est présent le Noun, océan primordial chaotique des origines, étendue immobile, infinie et intemporelle, métaphore du fl. Nil qui serait sa subsistance visible, car il est sensé continuer à exister après la création du monde, appelé à revenir pour le détruire et ainsi recommencer le cycle
le Noun est un concept vital, duquel peuvent émerger les premiers dieux créateurs : ainsi s'engendre lui-même le dieu solaire Atoum-Rê par la prise de conscience de son existence, prenant place sur une butte primordiale laissée par une crue; (ou ) a parfois pour origine un œuf émis par la déesse Neith, également mère du serpent Apophis
ainsi
Atoum-Rê est le créateur de l'univers organisé (démiurge), lui-même engendrant alors Shou (ou Chou) le dieu du souffle et Tefnout la déesse de l'humidité, Noun leur confiant des puissances démoniaques ancestrales serpentiformes
Shou différencie le ciel de la déesse Nout et la terre du dieu Geb; Atoum-Rê tente de les séparer mais de leur union sont finalement engendrés 3 fils Osiris (ou Ousir), Seth et Horus l'Ancien, et 2 filles Isis (ou Aset) et Nephtys
lors de la rébellion des hommes qu'il a lui-même créés, préfère gagner le ciel avec sa fille Tefnout ayant tentée de la réprimer, celle-ci se transformant alors en vache céleste Hathor
préside ainsi l'Ennéade, assemblée des 9 principaux dieux dont il est à l'origine, symbolisant la création du monde

Ani_3a
les dieux de l'Ennéade : de droite à gauche face à une table d'offrandes sont assis , Atoum, Shou, Tefnout, Geb, Nout, Isis et Nephtys, Horus, Hathor, Hou et Sia

ca fait 12 !!


variation de la cosmogonie de Khemenou - Hermopolis :
sur une butte primordiale jaillie des flots glacés du Noun apparait un œuf, alors couvé par 8 divinités chimériques (ogdoade) images du chaos initial, regroupées en 4 couples : Noun et Nounet le liquide, Heh et Hehet l'infini, Kekou et Keket les ténèbres, Amon et Amonet l'élément caché
en éclot le soleil
(à moins qu'il ne sorte d'un lotus), dont l'union avec une entité féminine engendre Thot qui crée alors le monde par le verbe

variation de la cosmogonie de Men-nefer - Memphis :
du Noun est d'abord issu le premier dieu Ptah, qui crée par sa pensée le monde et ses objets, donnant la vie en désignant les êtres par sa langue Thot
c'est lui qui modèle l'homme dans du limon, avant de cèder sa place à sa création
quand les hommes se révoltent,
envoie pour les exterminer la déesse Sekhmet , forme de l'œil de
las, finit par prendre sa retraite sur le corps céleste de Nout
Isis devient la grande magicienne en dérobant par ruse le nom secret de , vrai nom (Ren), caché de tous pour un dieu, par lequel peut agir la magie, ici avoir le pouvoir sur toute sa création


MEURTRE ET RENAISSANCE D'OSIRIS
Geb confie le pouvoir terrestre à Osiris, règnant alors sur le trône d'ÉGYPTE avec sa sœur-épouse Isis, enseignant aux hommes l'agriculture et l'élevage
jaloux de son frère, Seth l'invite à un banquet donné en l'honneur de ses victoires, où les convives peuvent remporter un coffre sarcophage s'il s'avère à leurs parfaites dimensions : quand vient le tour d'Osiris, il est alors enfermé, puis le coffre livré au Nil
Isis retrouve le corps de son mari dans un marais vers Byblos en PHÉNICIE, mais Seth retrouve sa sépulture et le découpe en une quinzaine de morceaux
aidée de
Thot, Nephtys et Anubis, Isis retrouve les morceaux éparpillés dans toute l'ÉGYPTE, sauf son pénis avalé par un poisson; reconstitué, elle lui insuffle la vie (Ânkh), lui permettant en symbole de la persistance de la vie d'engendrer Horus, et celui-ci aidé d'Anubis embaume son père devenant ainsi la première momie, avant de prendre sa succession sur le trône d'ÉGYPTE
après différents combats arbitrés par ThotHorus finit par vaincre Seth (Textes des Pyramides), le laissant être adopté par sur sa barque nocturne
Osiris devient souverain du royaume des morts et juge suprême des lois de la Maât dans l'Au-delà, son autorité s'appuyant sur une armée de démons capable de gagner le monde terrestre pour punir les mortels
Thot succède à Horus, alors dernier pharaon divin, tandis que Horus restera le dieu des pharaons mortels
 
LE VOYAGE QUOTIDIEN DE RÊ
voyage à bord de sa barque sacrée, le jour à travers l'Au-delà supérieur du ciel, la nuit dans les mondes sombres du Nil souterrain, l'Au-delà inférieur nommé la Douat comportant 12 portes, 1 pour chaque heure, où il retrouve son frère Apophis, cracheur de flammes tel un dragon, cherchant à renverser sa barque à l'avant de laquelle Seth le combat, et à avaler le monde pour le plonger dans les ténèbres
au milieu de la nuit, au plus profond de la Douat, s'opère l'union mystique régénératrice de avec la momie d'Osiris dans son tombeau; après avoir disparu le soir (forme Atoum), chaque lever de soleil du matin (forme Khépri) symbolise donc sa renaissance par victoire sur les forces du chaos

Ani_10a entre 2 piliers djed, images de la forme renaissante d'Osiris, se font face 2 oiseaux éperviers à tête humaine représentant les Ba de et d'Osiris, énergie motrice immatérielle céleste des individus, ici sorte de double Ba résultant de l'union entre les 2 divinités

sous l'arbre sacré du monde divin ished,
ayant pris l'apparence d'un chat tranche la gorge du serpent Apophis, son ennemi du monde souterrain, avec l'aide de 3 dieux également armés de couteaux
Ani_10bAni_10c
le dieu solaire dans sa barque, à gauche sous sa forme matinale Khépri avec une tête de scarabée, sous l'adoration de 2 babouins, à droite sous sa forme vespérale Atoum dans son disque rouge, devant les gardiens du monde des morts, lion et cobra lové dans un papyrus

Isis et Nephtys protègent la renaissance de leur frère Osiris représenté par le pilier djed, surmonté d'une croix Ankh, signe de vie de régénéré lors de son union nocturne avec le corps d'Osiris, elle-même soulevant le disque solaire rouge, dont la réapparition matinale est encore acclamée par des babouins






LA  FIN  D'UNE  VIE  HUMAINE.


EMBAUMEMENT ET MOMIFICATION
dès sa naissance, l'individu matériel est doté en parallèle d'un double immatériel nommé le Ka, énergie vitale traduite par sa santé; la mort disloque alors l'union entre le corps, promis à la désagrégation, et son Ka qui reste une force latente
pour ne pas devenir une dépouille perdue (Khat), le corps décédé (Djet) doit d'abord être embaumé, selon le rite créé par Isis lors de la reconstitution d'Osiris symbole de sa renaissance
la momification le transforme alors en un corps d'éternité inaltérable purifié (donc divinisé), corps physique qui reste néanmoins
le support de l'existence post-mortem malgré le trépas
e
lle permet la libération de son énergie motrice immatérielle Ba, assurant d'établir le contact entre le monde invisible des dieux et des ancêtres et celui des humains auxquels il reste attaché, capacité d'abord réservée aux dieux, leur permettant de s'incarner dans des statues cultuelles, objets, êtres et lieux sacrés, puis démocratisée aux lettrés

le cerveau
réduit en bouillie s'écoule par l'orifice pratiqué au fond des fosses nasales en y effondrant la lame horizontale de l'os ethmoïde
le cœur (Haty), siège des personnalité, mémoire et conscience, comme les reins restent ou sont remis en place
les
autres organes internes du thorax et de l'abdomen (Ib), siège de la pensée créatrice et des émotions, sont prélevés, traités puis réintégrés dans le corps ou déposés dans 4 vases canopes
le corps rasé est lavé de l'intérieur, reçoit une coloration, puis est recouvert de natron et séché au soleil éliminant eau et graisses, avant d'être enduit d'huiles végétales et animales (résines, cire d'abeille)
après
rembourrage du thorax et de l'abdomen, et placement de prothèses oculaires, le corps est enfin emmailloté dans 7 enveloppes successives de bandelettes en lin

Ani_34a au centre, Anubis réalise la momification, encadré des pleureuses protectrices Isis et Nephtys agenouillées

aux angles de ce carré central figurent les 4 fils d'
Horus à l'aspect momiforme (ici tous à tête humaine) : en rotation horaire Amset, Douamoutef, Qebehsenouf et Hâpi, protégeant les vases canopes

aux coins supérieurs, 2 figures de Ba surmontant leur tombe
aux coins inférieurs, 2 oushebtis, statuettes momiformes accompagnant le mort et effectuant pour lui tous les travaux nécessaires dans l'autre monde

les 4 points cardinaux sont protégés par des briques magiques à l'image d'un pilier Djed, d'une figure d'
Anubis et de 2 torches
vases canopes, dont les bouchons sont décorés de la tête des 4 fils d'Horus, ici de gauche à droite :
- Qebehsenouf (ou Kébehsénouf) à tête de faucon, associé à Serket, protège les intestins
- Hâpi à tête de babouin, associé à Nephtys, protège les poumons
- Amset (ou Imset) à tête humaine, associé à Isis, protège le foie
- Douamoutef à tête de chacal, associé à Neith, protège l'estomac
vases_canopes



RITES DU SARCOPHAGE
le sarcophage est assimilé à la déesse Nout : la mort est alors présentée comme un retour dans le ventre maternel et une nouvelle gestation
des statuettes et des offrandes placées dans le sarcophage permettent d'accompagner le défunt dans son voyage vers l'Au-delà, ainsi que des formules magiques choisies, inscrites sur le coffre (Textes des Sarcophages), ou sur des rouleaux de papyrus placés près de la momie (Sah) ou directement sur les linceuls et bandelettes du linge funéraire (Livre des Morts)
la momie reçoit également la protection des formules portées par des amulettes pilier-djed, noeud-tit, colonette ouadj, et sur le torse une amulette scarabée de cœur à l'image de Khépri, sensée empêcher ce dernier de témoigner contre son possesseur lors de sa future pesée

Ani_33b
formules d'amulettes déposées sur la momie :
- pilier djed = épine dorsale d'osiris signifiant sa renaissance
- noeud d'isis = puissance de la magie
- coeur en cornaline = rejoindre le monde des vivants
- chevet = réveil du mort, corps restant entier


CORTÈGE FUNÈBRE ET RITE DE L'OUVERTURE DE LA BOUCHE
le sarcophage, descendu dans son tombeau image de la Douat, reçoît alors le rite de l'ouverture de la bouche :
après purifications, et avec incantations magiques, on touche la représentation du visage et des ouvertures de la tête, acte censé conserver au défunt ses sens et permettre la réintégration de ses cœur, Ka et Ba
pour le ranimer, son Ib lui est symboliquement restitué par les déesses Nout, Isis et Nephtys
son Ba sort alors au jour, le défunt prouve ses connaissances magiques au passeur de la barque céleste de pour y monter, il y rejoint son Ka, séjourne dans des champs paradisiaques, puis rejoint le monde inférieur pour son jugement

Ani_5aAni_5b
afin de traverser le Nil vers l'ouest, le sarcophage est déposé sur une barque, protégée à chaque extrémité par les petites représentations des déesses Isis et Nephtys, recouverte d'une chapelle, le tout reposant sur un traineau halé par 4 personnages et leurs bœufs, sur lequel est agenouillée la veuve éplorée
devant lui, un prêtre-sem portant une peau de panthère réalise une libation et un encensement
la procession se termine par les amis du défunt et les porteurs du mobilier funéraire, dont un coffre à l'effigie d'
Anubis contenant les vases canopes
Ani_6aAni_6b
à l'avant du cortège, un personnage porteur d'un vase réalise une purification devant le traineau, tandis que des porteurs de coffres et de bouquets suivent un groupe de pleureuses, rappel des lamentations d'Isis et Nephtys sur le corps d'Osiris
à droite, le dos à la tombe blanche surmontée d'une construction pyramidale, Anubis tient verticalement le sarcophage devant la veuve agenouillée, puis 3 prêtres avec leurs instruments, entourés de nombreuses offrandes : le prêtre-sem réalise à nouveau un encensement, à son côté le deuxième exécute le rite de l'ouverture de la bouche en touchant les ouvertures de la tête du défunt avec l'outil our-heka à tête de bélier, tandis que le dernier récite les formules nécessaires



TRIBUNAL D'OSIRIS
le défunt est alors traduit devant le tribunal d'Osiris (ou salle des 2 Maât), afin de faire reconnaître ses droits au repos de la vie éternelle par l'accès au royaume des morts :
- il est d'abord accueilli par
Anubis, testant ses connaissances en lui demandant le nom de la porte, de son linteau et du seuil
les formules magiques sont rédigées de telle sorte qu'elles semblent être la propre création du défunt, se protégeant lui-même avec son propre rituel, il sait toujours quelle divinité il rencontre dans le monde souterrain et ce qu'il doit dire pour avoir un pouvoir magique sur elle
- ayant bien répondu, le défunt entre et salue Osiris, maître du tribunal composé de 12 dieux sous la présidence de Geb
- débute un procès durant lequel le mal est combattu et la justice rétablie : le défunt en colère cherche à se venger en faisant comparaître ses ennemis et leur entourage, auteurs de sa mort forcèment due à une action malveillante
- puis vient le jugement de l'âme (psychostasie), en plaçant son cœur, image de ses conscience, affect et mémoire, sur une balance à fléau face à une plume d'autruche, symbole de rectitude représentant la déesse de l'ordre divin Maât qui la porte habituellement sur la tête, pour vérifier s'il n'est pas alourdi de péchés; le bon déroulement de la pesée est assuré par Anubis, le résultat enregistré par l'accusateur divin Thot assisté de témoins à charge : en fait le défunt doit rendre compte de sa vie, accusé devant prouver son innocence, en déclarant devant les 42 juges ne pas avoir commis les péchés spécifiques à chacun d'entre eux (Confession négative), son cœur devant ainsi confirmer sa proclamation sans se désolidariser, avant qu'Anubis ne lui restitue en le lui faisant boire
en fait, bonnes actions et fautes s'additionnent et se compensent, la vérité fera châtier le mécréant ayant échappé à la justice terrestre et récompenser l'accusé à tort
en cas d'échec, le défunt est alors dévoré par un monstre la déesse Taouret ou la chimère Ammout (ou Ammit), sinon consummé dans un brasier
en cas de succès, le défunt obtient le statut de bienheureux Akh, devenu puissance spirituelle supérieure, alors associé à la lumière solaire du jour, et sorte d'étoile rayonnante et impérissable du ciel nocturne


Ani_3b le cœur du défunt est placé à gauche de la balance, surmontée d'un babouin animal sacré de Thot, garantissant l'exactitude de la pesée; au-dessus de lui se tient son Ba sous forme d'oiseau à tête humaine attendant le résultat
il est interrogé par le tribunal, afin d'établir s'il a vécu selon les instructions de la Maât, dont la plume d'autruche est posée sur le plateau de droite
Anubis le dieu à tête de chacal vérifie l'aiguille de la balance, puis communique le résultat à Thot dieu à tête d'ibis qui l'inscrit sur sa palette de scribe
en cas d'échec, la Dévoreuse
Ammout l'attend, chimère à tête de crocodile, corps de lionne et arrière-train d'hippopotame
le plateau portant le c
œur est encadré à gauche par les déesses Meskhenet et Renenutet, et à droite par le dieu Shai, personnifiant le destin établi dès la naissance, celle-ci étant figurée au-dessus de lui par une brique de naissance
Ani_33a
autre sort menaçant le mort s'il n'est pas acquitté par le tribunal : le lac de feu, ici cadre rouge à vagues entouré de 4 torches et 4 babouins






présentation devant Osiris :
le défunt est guidé par Horus qui l'introduit auprès de son père Osiris en lui annonçant le résultat positif de la pesée; alors couvert d'une perruque grise, il s'agenouille devant lui, tenant en main un sceptre de consécration d'offrandes
Osiris trône dans la chapelle de Sokaris dont la tête de faucon couronne le toit, soutenu par ses 2 soeurs Isis et Nephtys; devant lui, un sac en peau blanche à taches noires auraient contenu les morceaux disloqués par Seth de son propre corps avant sa momification par Anubis, et un lotus portant sous forme de 4 figurines momiformes les 4 fils d'Horus, Amset, Hapy, Douamoutef et Qebehsenouf, protecteurs des viscères du mort, momifiées séparément et placées dans les vases canopes







ainsi la
victoire sur la mort est acquise si les 4 éléments constitutifs Ba, Akh, Shout (ou Khaïbit, son ombre devant pouvoir sortir au jour) et Heka (magie, par puissance intérieure et savoir livresque permettant de s'assimiler aux dieux) disposent de leur pleine liberté de mouvement
Nout se déclare comme la mère bienfaitrice du défunt, lui apportant eau, ombre et nourriture sous sa forme du sycomore; en tant que déesse du ciel, elle enfante le soleil le matin et l'avale le soir pour le recevoir à nouveau en son sein : la mort est donc un cycle naturel, chaque soir est un retour aux origines
comme le dieu solaire qu'il accompagne, le défunt voyage le jour dans le ciel grâce à son Ba, et vient se régénérer chaque nuit en s'unissant à sa momie dans son tombeau, comme celui d'Osiris

défunt peut maintenant contempler le lever de soleil, le dieu naviguant dans sa barque



CULTE FUNÉRAIRE
du temps de son vivant, chacun
se doit de préparer constructions et offrandes funéraires avec leurs financements
le culte funéraire, pouvant être confié à des prêtres professionnels, et en particulier la livraison d'offrandes régulières, présentées aux intermédiaires statues et représentations murales du défunt permet la survie de son Ka : dans la nécropole, il le retrouve et rejoint le créateur dans les contrées célestes symbolisé par l'ascension de l'encens brûlé, mais il doit entretenir sa vitalité en consommant des nourritures
en fait, 
durant la nuit sort les défunts de leur sommeil grâce à sa lumière et leur attribue les vivres des offrandes funéraires
doté d'une grande puissance d'action sous forme de Akh dans le monde des ancêtres, les descendants du défunt se doivent de lui maintenir un rituel funéraire leur assurant alors une bienveillante protection préférable à son mécontentement, et peuvent le convoquer pour régler des différends entre les membres de sa maison d'origine à l'instar d'un génie familial



texte souvent inscrit sur stèles fausse-porte devant lesquelles les vivants déposent les offrandes dans la tombe : 7 vaches et 1 taureau nourrissent le défunt, les 4 rames images des 4 points cardinaux permettent de naviguer avec le dieu solaire


identification du défunt au dieu solaire :
assis sous un dais, le défunt accompagné de son épouse joue au jeu de senet contre un adversaire invisible, afin de gagner leur liberté de mouvement entre le monde souterrain et la tombe, évoquée par leur Ba, oiseaux à tête humaine alors posés sur celle-ci
2 lions associés à Rê et Osiris portent le soleil entre hier et demain
l'oiseau phénix-benou symbolise la vie éternelle du cycle solaire, renaissant lui-même de ses propres cendres
la momie alitée est celle d'Osiris auquel chaque défunt s'identifie, encadrée par ses soeurs Isis et Nephtys ici avimorphes



un personnage agenouillé, au corps bleu parcouru de vaguelettes représentant le Nil,
étend sa main sur un oeil de faucon, tandis que le suivant appose ses mains chacune sur un bassin d'eau, signe de purification du défunt
le parcours vers osiris débute par la nécropole, édifice gris et rouge dont la porte inaugure les nombreuses autres à franchir, tandis qu'une tombe blanche est surmontée par l'oeil oudjat
la vache primordiale Mehyt-ouret soulève le disque solaire entre ses cornes, le faisant émerger du chaos aquatique
protégé par les 4 fils d'Horus, le coffre à vases canopes est transfiguré par un personnage porteur de croix de vie ankh



défunt doit connaître le nom des portes
du monde souterrain et celui de leurs gardiens, 3 pour les portes (registre supérieur) et 1 par kiosque (registre inférieur)
gardiens armés de couteau, prêts à décapiter le défunt s'il ne peut réciter la formule adéquate


guidé par les prêtres Iounmoutef (registre supérieur) et Samaref (registre inférieur), coiffés de leur mêche postiche et converts d'une peau de panthère, le défunt est introduit auprès des tribunaux des différents dieux (djadjat) dans leur ville de résidence


textes des trranformations :
formule pour prendre l'aspect d'un faucon d'or, signifiant le soleil du matin prenant place dans sa barque du jour
chaque forme correspond à une forme du dieu solaire durant les 12 heures de son voyage diurne



DIVINITÉS
DOMAINES
REPRÉSENTATIONS
ATTRIBUTS
SANCTUAIRES
Ammit / Ammout




Amon
élément caché



Amonet
élément caché


Amset
momification
homme momifié

Bouto
Anubis
momification



Atoum




Bastet




Douamoutef
momification
momie à tête de chacal

Hiérakonpolis
Geb
terre, sol



Hâpi
momification
momie à tête de babouin


Harmakhis




Hathor

vache
disque solaire encadré de 2 cornes

Heh
l'infini



Hehet
l'infini



Heka
magie créatrice



Horus l'Ancien




Horus




Hou
parole divine



Isis




Kébehsénouf
momification
momie à tête de faucon


Keket
ténèbres



Kekou
ténèbres



Khépri
soleil levant
scarabée bousier
sceptre ouas, croix ânkh
Héliopolis
Khnoum
potier modeleur des humains
bélier

Esna
Maât
vérité, justice, harmonie cosmique



Meskhenet
naissance



Neith




Nephtys




Noun
océan primordial
homme barbu, parfois avec mamelles, ou tête de grenouille
tronc de palmier

Nounet
l'eau



Nout
déesse mère, voûte céleste, ciel



Osiris
agriculture, religion, fertilité, régénération


Abydos
Ptah





soleil zénital, feu divin
tête de faucon avec disque solaire et cobra dressé
soleil

Rénénet
destin



Sekhmet

tête de lionne


Serket




Seth
orage, mort



Shaï (ou Shai)
durée de vie, destin, bonne fortune



Shou
air, souffle divin, vie (souffle vital)
plume d'autruche
Sia
pensée créatrice



Sokaris
protection des morts



Taouret




Tefnout
humidité, semence divine tête de lionne

Thot
savoir
tête d'ibis
babouin

Thouéris
femmes enceintes et jeunes enfants, nouveaux-nés
hippopotame





 SUIVRE  LA  CHRONOLOGIE (Bronze moyen) =>



HIÉROGLYPHES.


SIGNE
REPRÉSENTATION
NOM / SON
CORRESPONDANCES PHONETIQUES

vautour (ou aigle)
ahôm
a

bras
on
â
e

jambe et pied

b



ch

main
tôt
d

serpent

dj serait translitération
ferait z en alphabet français
ou j

vipère cornue

f

autel ou bocal

g

cour

h

boucle

h_
houppe de roseau
aké
i
ou e
a

panier à anse

k
ou c

coiffure égyptienne
klatt
k

placenta

kh
ch
x

lion
labô
l

chouette

m

vaguelette d'eau

n
couronne rouge

n

lasso

o

porte
ou tabouret

p
pente de colline

q
ou k

bouche

r
habit plié

s

étoile
cion
s

oie
sar
s

bassin

sh

pain

t

corde

tch
th
tj
scarabée
thoré
ou kheper
th

poussin de caille

ou
w
v



w
u



w

2 houppes de roseau

y

verrou de porte

z en transliteration
s en alphabet francais



 SUIVRE  LA  CHRONOLOGIE (Bronze moyen) =>

PLAN DU SITE / MENU : accès direct à toutes les pages

Page 412  |  vous êtiez ici  :  LE TEMPS DES DIEUX ÉGYPTIENS


www.place-hecataei-milesii.net