Place
HECATAEI  MILESII




PLAN DU SITE / MENU : accès direct à toutes les pages

<= REMONTER  LA  CHRONOLOGIE (Âge du fer-Hallstatt VIIe siècle)


suite de l'     Â G E    D E S    M É T A U X    (3500 - )
N.B. : Datation AEC, en a.

suite de l'     Â G E    D U    F E R   /   H A L L S T A T T    (1200 - 500)


VIe SIÈCLE      De 600 à 500 a.


 PONT-EUXIN :
CHERSONÈSE TAURIQUE :
v. 600 :
- fondation du comptoir de Chersonèsos (gr. Khersonêsos, auj. Kherson près de l’act. Sébastopol)
- site de la colonie grecque de Théodosia (fut. Caffa gênoise, auj. Feodossia)


 EUROPE :
600/500 : seconde période du 1er âge du fer en EUROPE :  Hallstatt II  : glaive court
objets de parure, fibules dont féminines volumineuses, couteaux

600 : nouvelle mine de sel à Hallein éclipsant celle proche d'Hallstatt (Salzbourg, centre AUTRICHE)

600/550 : citadelles sur oppida :
- en ALLEMAGNE : Hohenasperg (N Stuttgart), Heuneburg (près Sigmaringen)
- en SUISSE : Utliberg (près Zurich), Châtillon-sur-Glâne (près Fribourg)
- en FRANCE : Britzgyberg (Haut-Rhin), Saxon-Sion (Meurthe-et-Moselle), Vix (Côte-d’Or), Gray-sur-Saône (Haute-Saône), Salins-les-Bains (Jura)

fondation de comptoirs par la cité ionienne
Phocée :
    - Massalia (auj. Marseille), nom ligure, sur les routes de l’étain
    - Alalia (auj. Aléria, CORSE)
    - Emporion (auj. Ampurias, Gérone, Catalogne, ESPAGNE) ou par Massaliotes


fondations :
v. 600 : Parthenopê (fut. Neapolis auj. Naples, CAMPANIE) par Rhodes et Cumes
600/550 : Adria (centre Rovigo, SE Vénétie, NE ITALIE), plus ancien établissement grec dans le N de l'Adriatique dont il confère le nom, principal comptoir commercial des marchandises grecques diffusées par la voie fluviale du Pô en
ÉTRURIE
598 : Camarine (gr. Kamarine , SICILE) par les Syracusains
v. 580 : Akragas (ép. du fleuve voisin, auj. Agrigente; S SICILE) à son tour par Géla, menée par
Aristonoos et Pistilos aidés par les Rhodiens, en réaction de la fondation précédente de Camarine empêchant son extension vers l'E, sur le territoire des indigènes Sicanes

" DYNASTIE "  D'AKRAGAS :

                580 : Aristonoos et Pistilos
                570 : Phalaris

                554 : Alcamène et Alcandre
                488 : Théron
                473 : Thrasydée
(fils du précédent)
                472 : Hiéron I
                471 : démocratie


 ANATOLIE :
6°/4° (600/300) : langue écrite en LYDIE, proche hittite et louvite

6° (600/500) :
-
Milet fonde Olbia en SARMATIE (près de l’embouchure du fl. Borysthène, auj. Dniepr), commerce actif entre GRÈCE et SCYTHIE
- Éphèse : temple d’Artémis par les architectes Démétrios d’Éphèse et Paiônos, l’une des 7 merveilles du monde

[ 7 merveilles du monde : pyramides d’Égypte, jardins suspendus de Sémiramis à Babylone, statue en or et ivoire de
Zeus Olympien par Phidias, temple d’Artémis à Éphèse, mausolée d’Halicarnasse, colosse de Rhodes, phare d’Alexandrie ]

 ÉGYPTE :

Psammétique II (594/588) fait campagne en NUBIE jusqu’à la 5ème cataracte du Nil, capitale Méroé
6° (600/500) : Naucratis (DELTA) devient le seul port ouvert aux Grecs par le pharaon Amasis II

 GRÈCE :
développement d’Athènes :
594 : l’archonte Solon (640/558) fait rapatrier les citoyens vendus comme esclaves
développe l’artisanat, le commerce et l’oléiculture spéculative assurant la prospérité de la cité
réformes de justice sociale élargissant le pouvoir politique de l’Aréopage (à d’autres), tribunal suprême oligarchique à l’origine composé des seuls chefs des grandes familles (Eupatrides) puis fonction à vie des anciens archontes, création du tribunal populaire l'Héliée, introduction de la monnaie
fait partie des Sept Sages de la Grèce

[ Sept Sages de la Grèce : grands personnages, philosophes ou hommes d’État : Bias de Priène, Chilon de Lacédémone, Cléobule de Lindos, Périandre de Corinthe, Pittacos de Mytilène, Solon d’Athènes, Thalès de Milet ]


 MÉSOPOTAMIE :
poursuite de l'expansion de l'Empire Néobabylonien de Nabuchodonosor II :
587 : destruction du royaume de Juda avec Jérusalem, population captive et élite déportée à Babylone trouvent leur cohésion dans le judaïsme
572 : chute de Tyr après 13 ans de siège

 OUEST MÉDITERRANÉEN :
Carthaginois
v. 580 : installation de la royauté à Carthage par Hannon Ier

" DYNASTIE "  DE  CARTHAGE  (1/2)  :

                v. 580 : Hannon I
                556 : Malchus

                550 : Magon I
                530 : Hasdrubal
(fils du précédent ?)
                510 : Hamilcar I Gisco (ou de Giscon) (frère du précédent)
                480 : Hannon II
                440 : Himilcon I
               
410 : Hannibal Gisco
(petit-fils d'Hamilcar I Gisco)
                405 : Himilcon II (neveu du précédent)
                v. 397 : Magon II Barcée
                375 :
Magon III Barcée (fils du précédent)
                344 : Hannon III le Grand
                340 : Hannon IV
                337 : Giscon 2
(fils du précédent ?)
                330 : Hamilcar II (fils du précédent)
                309 : Bomilcar 2 (neveu du précédent ?)

genealogie_Carthage_1
Généalogie des Carthaginois.
(accès à l'autre généalogie liée :  )

Rome

578 : roi
Servius Tullius réunit à la ville les collines du NE Quirinal, Viminal et Esquilin par des murailles
alliance avec les 30 villes latines, guerre contre Veii

organisation politique :
territoire partagé en quartiers dits tribus : 4 tribus urbaines (Collina, Esquilina, Palatina, Suburana) et 16 tribus rurales (Æmilia, Camilia, Claudia, Cornelia, Fabia, Galeria, Horatia, Lemonia, Menenia, Papiria, Pollia, Pupinia, Romilia, Sergia, Voltinia, Volturia)
mise en place d'un recensement de la population tous les 5 ans, à vocation initiale militaire pour la constitution des légions puis conduisant à l'instauration de l'impôt cens, en plaçant chacun selon sa richesse dans une centurie (193 unités, mais non constituées de 100 hommes comme à l'origine), ensuite répartie dans une des 6 classes : la 1ère étant la plus riche et la moins nombreuse mais constituée de 50% des centuries, les intermédiaires de 10 à 15% chacune, et la 6ème d'une unique centurie regroupant les nombreux prolétaires; chaque centurie constituant une unité de vote (majorité des votes individuels internes), la 1ère classe obtient facilement la majorité générale, rendant cette organisation aristocratique, le pouvoir devenant alors propriété des seuls plus aisés
l'assemblée des centuries constitue les comices centuriates, rendant anecdotique celle des comices curiates


collines_Rome
Site de Rome et ses 7 collines.

SICILE
570/554 : tyran d'Akragas
Phalaris (famille des Emménides) développe sa prospérité, fait griller vivants les condamnés dans le taureau d'airain creux porté au rouge par le dessous, inventé par Perillos d'Athènes, d'ailleurs première victime, les cris des suppliciés rappellant les mugissements de l'animal

  GRÈCE :
576 : Éléens prennent le contrôle du complexe religieux d’Olympie
570 (ou 612) : Athènes dépossède Mégare de Salamine (gr. Salamis, île proche d’Athènes)
puissance rayonnante sous Pisistrate (560/527), qui favorise l’importation de céréales depuis THRACE et PONT-EUXIN
inventaire des épopées, institution de leur enseignement
550 : cité austère de Sparte, éducation stricte, vie militaire collective, Ligue Péloponnésienne : alliance défensive
soumission de la cité longtemps adverse de Tégée (gr. Tegea, en ARCADIE)
v. 550 : apparition de la monnaie, profitant du grand gisement de plomb argentifère du massif du Laurion (N cap Sounion, auj. Thorikos), malgré l'opposition de
Sparte

 Psammétique II   Amasis II  Solon Pisistrate
Psammetique_II
Amasis_II
Solon
Pisistrate

 ANATOLIE :

585 : roi lydien Alyatte II (610/561) repousse la frontière E jusqu’à l’Halys avec les Mèdes de Cyaxare
580 : fondation de Soloi à CHYPRE
561/546 : roi Crésus, poursuit la conquête des côtes de la mer Égée et la soumission des cités d’IONIE (Milet, Éphèse)
richesse fondée sur les mines, paillettes et pépites d’or de la riv. Pactole (affluent de l’Hermos, dans laquelle se baignait l’ancien roi phrygien Midas), frappe des monnaies en électrum
contrôle des routes commerciales vers la mer Égée
532/522 : apogée de Samos sous Polycrate
, monarque fastueux attirant le poète des amours éphémères Anacréon et l'architecte Eupalinos
conquête de plusieurs cités d'IONIE
attiré dans un guet-apens à Magnésie du Méandre, meurt crucifié sur ordre du satrape
Oroitès
 
 PERSE / BASSIN LEVANTIN / ÉGYPTE :
fondation de l’empire perse achéménide :
556 : Cyrus II le Grand (ou l'Ancien), fils et successeur de Cambyse Ier
, roi d’Anshan
550/549 : fédère les tribus et se révoltent contre leur seigneur en détrônant le roi Mède Astyage (585/550, fils de Cyaxare, vaincu et capturé, annexé sous statut privilégié) avec l’aide du noble mède Harpage
déclaré roi des Mèdes et des Perses, s'installe à Ecbatane puis résidence (et mausolée) en sa capitale de Pasargades (entre Persépolis et l’act. Chiraz en IRAN)

 palais : grand hall   escalier sacré  citadelle mausolée de Cyrus II le Grand
Pasagardes_palais_grand_hall
Pasagardes_escalier_sacre
Pasagardes_citadelle
Pasagardes_mausolee_cyrus
PASARGADES

546 : charge Harpage de soumettre les Grecs d’ANATOLIE :
- prise de Phocée entraînant une émigration en OCCIDENT
- bat à mort le roi lydien Crésus en prenant sa capitale Sardes, et reprend la domination en IONIE
(Milet, Éphèse)
et finalement laisse le champ libre à l’hellénisme venu des cités grecques occidentales : l’ANATOLIE devient l’ASIE MINEURE
539 : défait l’État babylonien du roi Nabonide (556/539), achevant la dynastie araméenne (dont les membres se répandent dans l’administration de l’Empire perse)
restitue leurs idoles aux villes de MÉSOPOTAMIE, organise le territoire en satrapies payant tribut

 cylindre de Cyrus II le Grand extrait des inscriptions en akkadien cunéiforme
Cylindre_cyrus
Cylindre_texte
résumé du texte
1. description
- appel des dieux Mardouk et Enlil mécontents, pour libérer Babylone de son dirigeant Nabonide ne respectant plus les rites religieux et asservissant la population
- entrée d'importantes troupes dans la ville sans combattre, capture de Nabonide, rejouissance de la population et des notables
2. discours de Cyrus II le Grand
- rappel de sa suprématie territoriale et de sa filiation dynastique
- dévotion au dieu Mardouk, dont il reçoit ensuite bénédiction avec ses troupes
- arrivée à Babylone en messager de paix qu'il souhaite maintenir, pour la sécurité de la ville et le respect de ses sanctuaires; libération du joug imposé à la population
- arrivée de tous les rois, lui rendant allégeance avec tribut
- restitution des images des dieux à tous les sanctuaires de l'empire qui y avaient été soustré; demande de reconnaissance et protection des dieux ainsi servis, pour sa famille et la population
- rénovation architecturale : grand mur, quai, portes


538 : permet le retour d’exil des Juifs en PALESTINE pour relever Jérusalem reconstruisant le Temple
déclin de Sichem, juste métropole des Samaritains formant une communauté juive dissidente avec un Temple rival (S de l’act. Naplouse)
tribus d’Édom occupent le S PALESTINE
530 : périt en combattant les Massagètes, peuple scythe de l’E et S de la mer d’Aral


525 : son fils Cambyse II conquiert l’ÉGYPTE de Psammétique III (526/525, fils d’Amasis II) malgré ses alliés grecs, qu’il fait mettre à mort après la bataille de Péluse (extrémité E du DELTA, ruinée par l’envasement)
installe la XXVII° Dynastie égyptienne par les souverains Achéménides
obtient un tribut des Libyens, Cyrénéens et Éthiopiens Nubiens
la NUBIE non conquise déplace sa capitale politique du royaume de Koush à Méroé (SOUDAN, sur le Nil, entre l’act. Khartoum et Atbara) car Napata est trop proche de la frontière
522 :
Cambyse II meurt de ses blessures alors que son frère Bardiya (ou Smerdis) vient d'usurper son trône
522, 521, 482 : révoltes de Babylone contre les Perses


 Cambyse I   Cyrus II le Grand Darius I
Cambyse_I
Cyrus_II
Darius_I

Tombes_achemenides
Tombes des rois achéménides, taillées dans le roc à Naqsh-e Rostam
(de gauche à droite : Darius II, Artaxerxès I, Darius I, Xerxès I).
- modifié depuis le copyright de Ggia sous licence Creative Commons ShareAlike 3.0 Unported -


 OUEST MÉDITERRANÉEN :
Celtes d’EUROPE centrale s’installent sur le plateau Castillan en ESPAGNE (N et centre) et fusionnent avec les Ibères pour donner les Celtibères
540 : Sybaris et Crotone alliées à Métaponte détruisent Siris (LUCANIE)
(540 ou) 535 : défaite navale des Grecs de Phocée à Alalia face à une coalition Étrusques - Carthaginois : ils sont chassés de CORSE
installation des Carthaginois en SARDAIGNE

Rome
534 : roi Lucius Tarquinius Superbus (Tarquin le Superbe) devient un tyran entouré d'une garde de mercenaires, faisant de ses alliés Latins des sujets obéissants dont Gabies
assiège Ardée capitale des Rutules

Latium_VIeme_monarchie
Évolution du Latium au début du VIème siècle sous la monarchie romaine.

 PERSE :
522 : Darius Ier (ou Darios, dit le Grand), second fondateur de l’empire perse, recupère le trône grâce à un complot assassinant Bardiya ou un autre usurpateur Gaumata se faisant passer pour lui 

Darius Ier repousse les frontières jusqu’au TURKESTAN et à l’INDUS, culte de Ahoura-Mazda et Mithra
(ou + tard ?) Achéménides dominent tout l’IRAN, débordant en ASIE centrale, annexant les populations parlant les dérivés de l’aryen :
- BACTRIANE (N Afghanistan, occupée par une population iranienne), capitale Bactres (auj. Balkh)
- SOGDIANE (entre fl. Oxus auj. Amou-Daria, et Iaxarte auj. Syr-Daria), ville principale Maracanda (auj. Samarkand)
- KHAREZM (sur cours inférieur et delta de l'Oxus, auj. CHORASMIE)
- Saka (ou Çaka, Scythes d’ASIE, aux confins de BACTRIANE et SOGDIANE, nom sanskrit langue indo-européenne chaînon entre protolangue indo-européenne et grec-latin)
soumet les Thraces, raid en SCYTHIE et steppe pontique
v. 519 : fait élever le monument relatant ses victoires dit inscription de Béhistoun (du mont ép., Kermanshah, W IRAN), permettant le déchiffrement de l'écriture cunéiforme par sa traduction triple en
akkadien, élamite et vieux-perse

 Inscription de Béhistoun : vue générale (frise et panneaux écrits)
  détail de la frise : ses prisonniers face à Darius Ier
Behistoun_general
Behistoun_frise

513 : soumet la MAC
ÉDOINE du roi Amyntas Ier

  GRÈCE :
527 : tyrannie athénienne des Pisistratides (les fils de Pisistrate) par l'aîné Hippias et son frère Hipparque
protégeant les poétes lyriques libertins Simonide de Céos (556/467) et Anacréon de Téos
514 :
Hippias échappe au complot mais Hipparque est poignardé par Aristogiton, assisté d'Harmodios voulant venger des injures personnelles
510 : s'exile à la cour de Darius Ier, fuyant l'attaque des Alcméonides unis aux Spartiates
508-7 : Clisthène (petit-fils de
Clisthène (601/570) dernier tyran de Sicyone (gr.Sikuón, en N PÉLOPONNÈSE sur le golfe de Corinthe, alliée de Sparte, dynastie des Orthagonides) lors de son apogée économique et artistique, de la famille des Alcméonides par son père) défend le peuple qui soulevé chasse du pouvoir aristocratique l’archonte Isagoras, appuyé par les Spartiates du roi Cléomène Ier (520/490), vainqueur d’Argos, qui fera déposer son collègue rival le roi Démarate
début des institutions démocratiques : il brise la puissance traditionnelle des nobles (Eupatrides) en répartissant les citoyens en 10 groupes géographiques, mélangeant leurs conditions et assurant leur rotation au gouvernement
instauration de l’ostracisme : bannissement décennal d'une personnalité influente dont on craignait la puissance ou l’ambition politique, en particulier afin de protéger le nouveau régime démocratique contre le retour de la tyrannie

division de la THESSALIE en 4 tétrarchies confédérées, réputée pour ses élevages de chevaux et sa cavalerie


 Anacréon de Téos   Aristogiton et Harmodios Clisthène d'Athènes
Démarate de Sparte
Anacreon
Aristogiton_Harmodios
Clisthene Demarate


 OUEST MÉDITERRANÉEN :
510 : Crotone vainc et détruit sa riche rivale Sybaris (LUCANIE)

===============  FONDATION  DE  LA  RÉPUBLIQUE  ROMAINE   509 

509 : suite au viol de Lucrèce par Sextus Tarquinius (un des fils du roi Lucius Tarquinius Superbus), épouse de son cousin Lucius Tarquinius Collatinus (Tarquin Collatin), leur oncle Marcus Iunius Brutus (1) obtient du Sénat la proclamation de la déchéance du roi, s'exilant alors chez les Étrusques, et l'instauration de la République, avec la devise SPQR = Senatus Populusque Romanus (= le Sénat et le peuple de Rome)


genealogie_Tarquins
Généalogie des Tarquins.

organisation politique :

les patriciens retrouvent alors la domination par la gouvernance à travers la première magistrature du consulat : 2 consuls élus par les comices centuriates, chacun gouvernant 1 mois en alternance, en temps de guerre l'un reste à Rome pendant que l'autre dirige les armées (voire les 2); ils disposent de l'imperium (= commandement) : le pouvoir suprême de contraindre et punir, avec le siège curule comme symbole, et l'escorte des licteurs chargés de les protéger et d'exécuter leurs décisions coercitives, armés d'une hache entourée d'un faisceau de verges
la magistrature questure est poursuivie : 4 questeurs, 2 attribués à chaque consul sur leur désignation, 1 pour l'administration à l'intérieur de Rome et 1 pour la conduite de la guerre, comptables des finances, responsables du règlement des dépenses et de l'encaissement des recettes publiques, gardiens du trésor public
les 1ers consuls sont Lucius Iunius Brutus (fils de Marcus I. B.) et Lucius Tarquinius Collatinus 
pour l'exemple, Lucius Iunius Brutus fait tuer ses propres fils corrompus par les Étrusques
les consuls finissent par démissionner, afin de laisser leur place à des membres extérieurs à la famille royale

508 : Lucius Iunius Brutus meurt en blessant Arruns Tarquinius lors d'une des attaques des Étrusques de Veii et Tarquinia
508/507 : 1er traité romano-carthaginois : amitié, aide réciproque, zones d'influence commerciale
507/506 : étrusque Porsenna roi de Clusium rassemble les bannis, prend le mont Janicule puis Rome, mais préfère se retirer après le désastre de l'armée dans le LATIUM
Rome repousse l'attaque des Sabins
501 : instauration de la magistrature extraordinaire de dictature en cas de grave péril : 1 dictateur désigné par l'un des consuls en exercice après accord du Sénat, parmi les anciens consuls, pour 6 mois max., récupérant l'imperium de tous les autres magistrats, désignant pour l'assister un maître de cavalerie en tant que chef d'état-major

Italie_VIe
Évolution de la péninsule italienne au VIème siècle.


 SUIVRE  LA  CHRONOLOGIE (Âge du fer-Hallstatt Ve siècle) =>

PLAN DU SITE / MENU : accès direct à toutes les pages

Page 446  |  vous êtiez ici  :  VIe SIÈCLE


www.place-hecataei-milesii.net